Exécutif

Personnel du bureau

Directrice Exécutive

Aline Vlasceanu est la Directrice Exécutive à temps plein du Centre Canadien de Ressources pour les Victimes de Crimes. Elle a commencé avec le centre en début de l’année 2016 en tant que bénévole.  Elle est un employé du CRCVC depuis 2017. Aline a un baccalauréat en sciences sociales, avec distinction, spécialisé en criminologie et avec une spécialisation additionnelle en études des femmes, incluant une immersion française de l’Université d’Ottawa.  En août 2018, elle a complétée un cours postuniversitaire en Victimologie, Assistance aux victimes et justice criminelle à l’Université de Stockton, New Jersey. Elle parle couramment anglais, français et roumain. Elle a complétée la Formation appliquée en techniques d’intervention face au suicide (ASIST) et une formation en premiers soins relié à la santé mentale.

Conseil d’administration

Susheel Gupta avait 12 ans lorsque sa mère fut assassinée par des terroristes à bord du vol 182 d’Air India qui s’est écrasé dans l’océan Atlantique au large de l’Irlande. Peu après cette tragédie, Susheel décida de se lancer dans une carrière au sein du système de justice pénale pour faire sa part, de sorte qu’aucun autre enfant ni aucun autre Canadien n’ait à subir une telle douleur. Tout dernièrement, il était procureur fédéral au sein du Service des procureurs de la Couronne (relevant autrefois du ministère de la Justice). À l’heure actuelle, Susheel est conseiller spécial auprès du bureau du chef de la direction de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), s’occupant de dossiers relatifs à la sûreté aérienne et au terrorisme.

Susheel est également porte-parole et membre de l’exécutif de l’Association des familles victimes d’Air India et travaille depuis longtemps avec toutes les victimes dans le cadre de l’enquête publique sur cet attentat, ayant commencé à militer dès l’âge de 14 ans. Susheel s’implique de plus en plus dans les dossiers liés aux droits des victimes d’actes criminels et de tragédies de toutes sortes, réclamant de meilleures lois pour protéger et servir les Canadiens. Étant à la fois victime d’un acte criminel depuis son enfance et avocat oeuvrant dans le domaine du droit pénal, Susheel apporte un bagage et des connaissances exceptionnellement utiles dans un grand nombre de dossiers.

J. Scott Kenney est professeur agrégé de sociologie à la Memorial University de Terre-Neuve. Il s’intéresse aux domaines suivants, entre autres : le droit et la justice pénale, la déviance, la victimologie, la sociologie de la santé, la théorie sociologique, la psychologie sociale et les émotions. Ses recherches antérieures comprennent notamment des études sur la différence entre les sexes, le soi, ainsi que les mécanismes d’adaptation et d’entraide au sein de familles de victimes d’homicide; l’examen des conséquences non voulues intrinsèques à la participation de clients dans des programmes de services aux victimes; et l’analyse de la dynamique interactionnelle des séances de justice réparatrice. À l’heure actuelle, le professeur Kenney effectue des études sur la «douleur illégitime» et la sociologie de la généalogie, en plus d’effectuer des recherches sur l’édification de la signification des symboles chez les francs-maçons contemporains.

Président, Association canadienne des policiers

Michael Tansey a commencé sa carrière en tant que journaliste dans les médias électroniques.  Après un séjour de trois ans comme adjoint politique, il a accepté un poste en communications avec le gouvernement de l’Ontario dans les années 1980.  Au milieu des années 1990, Michael a lancé une entreprise de consultation en communications dans la région d’Ottawa.   Depuis, il a œuvré dans tous les champs d’activités importants, y compris les affaires autochtones, la justice, la santé, l’environnement et les affaires intergouvernementales.

Michael a travaillé pour la Commission d’enquête relative aux mesures d’investigation prises à la suite de l’attentat à la bombe commis contre le vol 182 d’Air India en tant que porte-parole et conseiller en communications.  Ce travail lui a permis d’observer de première-main l’impact dévastateur des crimes sur les familles de victimes.  Il s’est rendu compte que les services et ressources disponible aux victimes de crimes devraient être améliorés quand un de ses enfant a subi un assaut majeur en 2012.

Michael a été actif en tant que bénévole au hockey mineur pendant de nombreuses années.  Il est également mordu de la photographie. Natif de Montréal, Michael est diplômée de l’université Concordia en communications.  Il est à l’aise en anglais et en français.

Shelley Trevethan est une consultante spécialisée dans les domaines de la
recherche, du système de justice pénale, des questions autochtones et des
services gouvernementaux connexes. Shelley a commencé sa carrière en
tant que psychologue et a travaillé pendant plusieurs années à titre de
chercheuse en matière de justice pénale. Avant de consulter, elle a occupé
le poste de directrice générale du Secrétariat d'adjudication des pensionnats
indiens dont le mandat était de résoudre les plaintes d’abus dans les
pensionnats indiens. Elle a également été directrice générale exécutive de la
Commission des libérations conditionnelles du Canada, directrice de la
section des audits de performance du Bureau du vérificateur général du
Canada ainsi que directrice de la recherche sur les populations et les
communautés autochtones au Service correctionnel du Canada. Madame
Trevethan a plus particulièrement centré sa carrière sur les enjeux affectant
les peuples autochtones, notamment leur surreprésentation dans le système
de justice pénale, leur victimisation et la justice réparatrice. Elle possède
une expérience approfondie dans les domaines concernant les processus
judiciaires, la création de partenariats ainsi que les opérations
gouvernementales.

jo-Anne Wemmers (PhD) a obtenu son doctorat en criminologie de la Faculté de droit à l’Université de Leyde (Pays-Bas). Elle est actuellement professeure titulaire à l’École de criminologie, Université de Montréal ainsi que chercheure régulière au Centre international de la criminologie comparée et membre du Partenariat canadien sur la justice internationale.  Ancien Secrétaire-Général de la Société mondiale de victimologie (2006-2009), elle a publié dans les domaines de la victimologie, justice pénale internationale, et justice réparatrice. Elle est auteure de plusieurs publications, dont son plus récent livre est Victimologie : Une perspective canadienne (PUQ 2017). En 2015, elle a reçu un Certificat d’appréciation de la Société mondiale de victimologie pour sa contribution à la victimologie. Elle est actuellement, membre du Comité de rédaction de l’International Review of Victimology.