Catégorie :OFOVC

Un deuxième mandat pour Sue O’Sullivan, l’ombudsman des victimes d’actes criminels

OTTAWA (Ontario) – L’ombudsman fédérale des victimes d’actes criminels, Sue O’Sullivan, a été nommée le 11 juin pour un deuxième mandat de trois ans.

« Je suis enchantée qu’on m’offre la possibilité de continuer de travailler à améliorer la situation des victimes d’actes criminels au Canada » déclare Mme O’Sullivan. « Le travail que nous avons accompli n’aurait pas été possible sans toutes les victimes, les organismes à leur service et d’autres intervenants dans tout le Canada. Je tiens à les remercier et à réitérer mon engagement pour que les victimes soient davantage écoutées afin d’attirer l’attention sur leurs besoins et sur les difficultés qu’elles éprouvent ».

Mme O’Sullivan a consacré son premier mandat à instaurer un débat plus public sur les besoins et le traitement des victimes, à renforcer leurs droits dans le système de justice pénale et à améliorer la façon dont celui-ci les traite. À porter à l’actif du premier mandat de Mme O’Sullivan,

  • l’augmentation générale du nombre des appels au Bureau;
  • l’élaboration et la promotion du troisième rapport spécial du Bureau, Réorienter la conversation, comportant 20 recommandations aux autorités fédérales pour renforcer la façon dont sont traitées les victimes d’actes criminels, leur participation et leur soutien;
  • la tenue du forum national « Faire avancer le débat pour les victimes d’actes criminels » qui a réuni plus de 150 intervenants importants pour débattre de comment faire avancer la situation des victimes;
  • la présentation de plus de 35 recommandations pratiques au gouvernement sur des façons d’améliorer les lois, les politiques, les programmes et les services pour les victimes d’actes criminels.

« Le moment est important pour les victimes, car le gouvernement se prépare à élaborer la toute première Déclaration canadienne des droits des victimes » ajoute Mme O’Sullivan. « Le Canada s’apprête à réaliser potentiellement une grande avancée pour les victimes, et j’ai hâte de vivre cette nouvelle étape ».

La gouverneure générale du Canada a nommée Mme O’Sullivan officier de l’Ordre du mérite des corps policiers et lui a décerné la Médaille pour services distingués des agents de la paix. Mme O’Sullivan a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la Reine Élisabeth II.

Le BOFVAC aide les victimes à faire face à leurs besoins, il fait valoir leurs intérêts et présente des recommandations aux autorités fédérales sur des questions ayant une incidence négative sur les victimes.

Pour en savoir plus sur le BOFVAC, veuillez consulter son site www.victimesdabord.gc.ca

L’Ombudsman fédérale des victimes d’actes criminels demande un meilleur traitement des victimes

L’ombudsman fédérale des victimes d’actes criminels, Sue O’Sullivan , a publié aujourd’hui son premier rapport spécial, recommandant au gouvernement de prendre des mesures immédiates pour améliorer le traitement des victimes au sein du système de justice pénale du Canada.

« Ce rapport s’appuie sur les précieuses indications que les victimes nous ont communiquées au cours des dernières années et traite des sujets dont nous entendons le plus parler, a déclaré Mme O’Sullivan. Le processus de justice dans son ensemble est important, mais nous devons désormais recentrer notre attention sur les droits des victimes et sur la manière dont elles sont traitées dans le système. Nous constatons des lacunes importantes qu’il est possible de combler en apportant des changements réalisables à nos lois et à nos politiques, et nous encourageons le gouvernement à agir rapidement en ce sens. »

Le rapport, Réorienter la conversation, met en avant trois domaines clés où des changements simples et pratiques pourraient avoir une incidence significative sur le traitement des victimes :

  • Le besoin pour les victimes d’obtenir plus de renseignements sur leurs droits et sur le délinquant qui leur a porté atteinte;
  • L’importance de veiller à ce que les victimes puissent participer plus activement au processus de justice pénale;
  • La nécessité d’accroître les mesures de soutien concrètes.

« Le soin apporté aux victimes et leurs droits devraient être équivalents à ceux des délinquants. Dans l’état actuel des choses au Canada, ce n’est pas le cas. Nous devons agir immédiatement afin de corriger ce déséquilibre. »

La version électronique du rapport, le document d’information et le résumé vidéo se trouvent sur le site Web du Bureau à www.victimesdabord.gc.ca.

Le Centre canadien de ressources pour les victimes de crimes offre du soutien, des services de recherche et d’éducation aux survivants et aux survivantes ainsi qu’aux parties intervenantes.

Quoi de neuf?