IV. Pour les victimes : Prendre soin de soi

Les victimes éprouvent souvent de fortes émotions liées, autant à l’acte criminel commis qu’envers la personne accusée qui est depuis devenue un/une patient(e). Il est tout à fait normal de ressentir d’intenses émotions à la suite d’un acte de victimisation. Il est par ailleurs, important de reconnaître les émotions et de demander de l’aide et du soutien si vous éprouvez des difficultés à y faire face et à composer avec la situation.

Il peut être difficile de trouver le temps nécessaire pour gérer vos émotions étant donné qu’en tant que victime, il vous est également demandé de régler les questions en lien avec l’acte criminel en même temps que de répondre aux exigences de la vie quotidienne. S’occuper notamment d’organiser les funérailles, de suivre des traitements médicaux ou simplement de préparer des rapports ou des déclarations pour les services de police, les tribunaux ou les compagnies d’assurances peuvent s’avérer des exercices pénibles et difficiles. De telles activités peuvent aggraver les difficultés résultant de l’acte de victimisation, faire perdurer et accentuer les émotions que vous ressentez reliées au préjudice subi. De plus, l’implication dans le processus de la commission d’examen peut également ajouter une complexité additionnelle à l’expérience globale.

En tant que victime, il est fondamental de prendre soin de vous et des autres membres de votre famille qui ont vraisemblablement été bouleversés par l’acte criminel. Ceci étant, il est possible que vous deviez recourir à des services d’aide externes. Le soutien offert par les services d’un/une professionnel(le) peut être nécessaire et vous apporter un bel équilibre avec votre réseau de soutien personnel composé d’amis et de membres de famille. Il vous est également possible de faire appel à des services de consultation offerts par l’entremise des services d’aides aux victimes et autres services communautaires de votre région, ou de demander à votre médecin de famille pour des conseils et du soutien afin de vous permettre de traverser cette période difficile.

My name is Donna McCully.

It was always our wish to live in Jamaica in our dream home. So, in August 2012, my husband Sedrick Levine and I left Canada to move into our new home. We were thrilled to finally be starting the next chapter in our lives, in Sedrick’s beloved homeland. He bought a little bus and planned to operate tours for visitors to the island. I was helping him run this business venture, as part of our semi- retirement in Jamaica.

My life as I knew it was suddenly shattered when two masked men broke into our home on Sunday, November 17, 2013. Sedrick struggled with the men, allowing me to flee upstairs to call the police. His actions saved my life that day, and that of my father and his housekeeper, who were visiting us at the time. One of the masked intruders chased me upstairs and kicked in the bathroom door, but he stopped when he heard a gunshot from downstairs.

My husband Sedrick was killed that day and the men fled our home with a laptop. The Jamaican police have not yet found these men or charged them with killing my beloved husband. Their motive remains unknown.

This crime has completely changed my life. I suffer from Post-traumatic Stress Disorder now and have depression as a result. I came back to Canada, but I feel very isolated since this happened. These emotional scars may never heal.

I managed to find the Canadian Resource Centre for Victims of Crime by searching online one day. I didn’t know where to turn for help when I came home to Canada. The CRCVC has provided me with a lot of emotional support, which has been tremendously helpful. They’ve also written numerous letters to Jamaican officials seeking justice for Sedrick, as well as intervening with Canadian officials on my behalf. The office also helped connect me to a trauma therapist for counselling sessions too.

In order to try and make sense of what happened to Sedrick, it is my hope that others could support the work of the Canadian Resource Centre for Victims of Crime. There are so many other victims/survivors out there who also need their assistance.